Expose sur l'ironie et la ....

Introduction

Nous allons étudier dans le cadre de notre séquence, la culture, la dialectique et la technique du dialogue chez Platon. La dialectique se définit comme l’art des questions et des réponses pratiqué par Socrate dans les dialogues de Platon de façon à faire accoucher les esprits des interlocuteurs du vide dont-ils sont pleins. L’ironie socratique est à associer à la maïeutique. Socrate recherche l’assentiment de l’interlocuteur, l’homologia. Le cheminement vers la vérité est lent. Le temps du dialogue est celui du loisir de la pensée. La naissance philosophique est créée grâce au loisir de la pensée, ce n’est pas sous le signe de l’urgence que se pratiquent les dialogues. Le loisir est le fruit de la civilisation. Il y a un niveau de disposition matérielle, la pensée spéculative est possible. Socrate n’est pas pressé de conclure, il y a beaucoup de détours.

I L'ironie Socratique

L'ironie socratique (à distinguer de l'ironie comme figure de rhétorique) est la célèbre méthode oratoire employée par Socrate. Du grec eirôneia qui signifie « dissimulation », l'ironie socratique consiste à feindre l'ignorance en posant des questions volontairement naïves à l'interlocuteur dans le but de l'amener à se contredire et à reconnaître sa propre ignorance. C'est une forme de réfutation qui prend l'interlocuteur au piège de ses affirmations en le conduisant à admettre une proposition qui contredit un énoncé antérieur. Généralement, elle provoque chez lui un sentiment d'embarras et de honte, voire d'agressivité et d'hostilité. Ainsi Ménon compare Socrate à une torpille qui « engourdit quiconque s'approche et la touche ». L'ironie socratique, parfaitement mise en scène par Platon dans ses Dialogues, est généralement utilisée par Socrate pour soumettre à examen et réfuter ceux qui prétendent détenir un savoir, en particulier les Sophistes.
L’ironie socratique est avant tout utile pour initier l’interlocuteur au monde de la philosophie. En effet, l’ironie apporte à la philosophie puisqu’elle tend vers la même finalité, soit l’étonnement qui guide la voie au questionnement; et s’adresse au même public, c’est-à-dire l’Homme qui est prêt à faire l’effort intellectuel requis pour saisir le message raisonné qui lui est prodigué.. De fait, tout questionnement philosophique doit se baser sur un savoir instinctif qui suscite l’interrogation et pousse celui qui se questionne à réfléchir plus intensément à son sujet dans le but d’aboutir à une connaissance qui se rapproche le plus possible de la vérité.

IILa Maïeutique

Socrate considère qu'il a une mission ou une tâche à remplir, qui lui a été confiée par le dieu Apollon, par l'intermédiaire de sa prêtresse, la Pythie, qui rend ses oracles à Delphes. Cette mission, nous dit-il, consiste à « vivre en philosophant, c'est-à-dire en me soumettant moi-même et les autres à examen » .Par là, il faut entendre une véritable enquête de moralité sur l'esprit de ses contemporains par laquelle Socrate les exhorte à prendre soin de leur âme plutôt que de leurs biens corporels et matériels, et à ne pas prétendre être savants alors qu'ils ne le sont pas. Socrate joue donc à être la mauvaise conscience de son temps, en obligeant ses contemporains à rendre compte de leur vie, et c'est pourquoi il se compare lui-même à un taon (insecte) qui pique un grand cheval un peu mou ayant besoin d'être réveillé. Sa mission, c'est donc de réveiller les esprits en les révélant à eux-mêmes. Socrate appelle cela la « maïeutique » ou « l'art d'accoucher les esprits .Il s'inspira du métier de sage femme que sa mère exerçait pour établir sa méthode thérapeutique. Il décida de faire accoucher les esprits comme sa mère faisait accoucher les enfants, il fonda de la sorte la maïeutique et se défini ainsi comme l'accoucheur de l'esprit humain. Car contrairement à d'autres méthodes, la maïeutique indique que les réponses proviennent de l'intérieur, la personne porte en elle les problèmes et leurs solutions. Faire accoucher l'esprit, signifie faire découvrir à l'autre des vérités qu'il porte en lui mais dont il n'a pas encore accès : « L'accoucheur n'apporte, ne transmet rien à l'âme qu'il éveille. Il la laisse nue en face d'elle même. » Pour Socrate la prise de conscience ne pouvait venir qu'avec la parole. La maïeutique est ce qui permet à l’Etre de se sentir libre, de trouver en lui-même ses propres réponses. Socrate questionnait juste, voila son art, grandiose, humble et libérateur. Ainsi, l'Etre qui était questionné pouvait en cherchant en lui trouver ses propres réponses, il les sortait de son Etre et ainsi devenait lui-même artisan de sa propre réalisation. Socrate en éveilleur des consciences fut pour l'occident un des phares qui continue de briller dans la nuit obscure de ce siècle ... En attendant, que nous, navire en quête de terre, percevions la lumière radieuse et bienveillante, pour enfin rentrer au port de notre être intérieur.

Conclusion

Le Ménon  est symptomatique de l'ironie socratique. L'ironie de Socrate a en effet une fonction pédagogique : donner à l'interlocuteur un sentiment de sécurité psychologique suffisant pour l'inciter à accepter le rapport maïeutique, à entrer dans le jeu des questions et des réponses. La finalité du rapport maïeutique est d'amener l'interlocuteur à prendre conscience des exigences logiques et rationnelles qui sont les siennes pace qu'elles sont universelles, et de l'inciter à mettre son discours en accord avec les exemples. Ce travail de prise de conscience ne peut être obtenu que par une pédagogie de l'échec et par l'analyse des raisons de l'échec.

L'ironie et la maïeutique  Socratique  sont parfaitement adaptées à la psychologie de son interlocuteur : Ménon est un élève des Sophistes, admirateur du célèbre Gorgias. En se présentant comme inférieur à Gorgias, Socrate le rassure et fait espérer une supériorité facile dans le dialogue. Or les Sophistes conçoivent le dialogue comme un rapport de forces où il faut l'emporter sur son adversaire en ayant « le dernier mot ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lycée de Thiaroye

 

 

Année : 2010/2011                                                        

                                                            

 

 

Exposé : Groupe 5

Professeur : Monsieur Thiam

 

Noms des exposants :

ü Dembarou Diao    

ü Mouhamed Sy

ü Ndiaye Ba

 

Thème : L’ironie et la maïeutique Socratique

 

                  Plan

            Introduction

                I- L’ironie

               II- La Maïeutique

          Conclusion

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site